jeudi 26 septembre 2013

extrait de "La Cage" de Christophe Tarkos

c'est cela qui est difficile à tenir
d'être là con et d'être là con seul

on en ressent une certaine solitude
on aurait bien avant que, voyons, il y ait une tendance de côté, un
penchant, une direction, une promenade à faire, on aurait bien quelque
chose à faire

au lieu de rester là en plus en ne pensant à rien
à ne rien pouvoir faire, et en plus en se voyant rester là tout seul

je reste là tout seul, je ne fais rien
je ne pense à rien parce que je n'ai rien à penser parce que la pensée 
n'est pas venue

à ce moment là on aurait tendance à remplir
à vouloir, à faire passer le temps

à se donner des choses à faire, des choses à penser
à penser à n'importe quoi plutôt que de penser à rien

c'est vraiment difficile
on a une tendance à passer le temps

on a une tendance à ne pas vouloir rester con
à ne pas se laisser rester dans une telle vacuité de la pensée

il se passe quelque chose chaque jour
on peut dire

suivant mes calculs, approximativement, on peut dire qu'il se passe
quelque chose chaque jour

on pourrait être sûr qu'il va se passer quelque chose aujourd'hui, de
l'attendre
mais il n'en est rien

mais non!
ce n'est pas sûr qu'il viendra se passer quelque chose aujourd'hui

qu'il se passe au moins une chose dans la journée à n'importe quel
moment de la journée n'est pas certain
ça pourrait ne pas arriver

il n'y a pas à attendre
on attend ce qui n'est pas sûr d'arriver

on ne peut pas attendre qu'il se passe quelque chose
parce que tant, il ne se passe rien

on ne peut pas attendre
rester là tout seul à ne rien faire n'est pas attendre

on n'attend rien

bien sûr on peut dire que selon toute probalilité, selon nos calculs, selon
nos prévisions, il va certainement arriver un événement dans cette
journée, qu'on a jamais vu une journée se passer sans un événement
remarquable

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire